Interview de romands voyageurs – Fabienne et Benoît de Novo-Monde

J’inaugure un nouveau style d’article sur le blog: des interviews. J’ai décidé de partir à la rencontre de voyageurs romands et de leur donner la parole sur le thème du voyage. Pour cette première, j’ai choisi de poser quelques questions à mes amis blogueurs, Fabienne et Benoît de Novo-Monde. Fabienne et Benoît sont partis en tour du monde en 2013. Aujourd’hui, ils ont opté pour un mode de vie nomade et ont publié un livre « Destination Tour du Monde ». Ils répondent à mes questions.

A propos du Tour du monde de Novo-Monde


© Novo-Monde

  1. Quel est votre meilleur souvenir de votre tour du monde ? 

Y en a tellement !!! Le plus « émotionnel » pour moi c’est surement le jour où Benoit m’a fait sa demande en mariage au coucher du soleil sur la grande muraille de Chine…

On garde aussi des souvenirs forts de certains paysages totalement dingues comme la région du Sud Lipez en Bolivie ou encore les couchers de soleil aux mille couleurs sur l’île de Pâques.

Mais sinon plus globalement, les moments dont je me rappelle avec le plus de nostalgie et qui me colle instantanément un immense smile quand j’en parle c’est les moments qu’on a partagé avec des gens. Un guide hors du commun au nord du Vietnam, des chtits rencontrés en Thailande (qu’on a d’ailleurs revu 5 ans plus tard), un artiste de rue en Equateur, « Rainbow » notre hôte couchsurfing à Canton, 2 vaudois rencontrés à l’arrière d’un taxi sur une île thailandaise, un ancien mineur en Indonésie, une petite mamita au sourire sans dents au Pérou, etc…

Partir faire un voyage au long cours c’est des souvenirs à n’en plus finir !


© Novo-Monde

 

  1. Et votre pire galère ?

Par chance il ne nous est rien arrivé de grave… Mais c’est sur que des galères on en a eu ! Je ne sais pas si c’est la pire galère, mais en tout cas celle qui me fait le plus rire aujourd’hui c’est le jour où je suis tombée dans… une fosse à purin en Chine !

On était en rando et on s’est perdu. A un moment on s’est retrouvé dans un grand verger et j’avançais le nez plongé dans notre carte. Sans faire attention j’ai marché sur une natte en bambou qui a immédiatement cédée sous mon poids. Ni une ni deux j’étais plongée jusqu’aux épaules dans ce que je pensais dans un premier temps être un puits…

J’ai rapidement compris à l’odeur que ce n’était pas un puits ! Le paysan à qui appartenait le verger a débarqué et une fois qu’il avait fini de rire de mon état il nous a emmené sur son bateau jusqu’à notre auberge. Sa femme nous a offert des fruits du verger pour la route et moi ben… j’étais bonne pour un certain nombre de douches et de lessives !

 

  1. Quel pays vous a le plus marqué ?

Difficile de n’en citer qu’un seul… Mais je pense que celui dont on garde les souvenirs les plus forts c’est surement la Chine. C’était notre tout premier pays et je crois bien que je n’oublierai jamais cette sensation quand nous sommes sortis du métro en plein centre de Pékin avec nos gros backpacks qui nous paraissaient peser une tonne le premier jour de notre voyage. On s’est retrouvé comme « catapulté » dans cette immense ville qui fourmille dans tous les sens. On ne comprenait rien à ce qui se disait autour de nous, nous n’avions aucune idée d’où nous allions et tout ce que nous voyions et sentions était totalement nouveau.

La Chine c’est aussi le pays où on a vraiment réalisé pour la première fois qu’il n’était pas toujours nécessaire de parler la même langue pour échanger. Je repense notamment à un trajet en train où nous avons passé plus de 10h à échanger avec une dame qui ne parlait pas un seul mot d’anglais et nous bien évidemment pas un seul mot de chinois. On a dessiné, on a fait des gestes, on s’est souri, on a partagé nos repas et elle m’a même coiffée. Encore aujourd’hui on ne saura jamais qui elle était ou même d’où elle venait mais sa bienveillance et sa gentillesse nous sont restées.


© Novo-Monde

  1. Est-ce que sur ces 19 mois à voyager vous changeriez quelque chose ?

Ca va paraître cliché mais Non, on ne changerait absolument rien ! Notre voyage a été parfait grâce à toutes ses petites imperfections…

Enfin si… un truc peut-être… Je crois que Benoit aurait probablement acheté ma bague de fiançailles ailleurs qu’en Chine. :)

Sa demande a été relativement spontanée et il a été (en cachette) m’acheter la bague à Pékin. Payée à prix d’or, elle a finalement rouillé après quelques jours seulement ! Par la suite on s’est du coup amusé à racheter des bagues au design similaires sur des marchés en ne payant jamais plus de 2$-3$. Au final j’ai donc eu plus de 8 bagues de fiançailles différentes jusqu’à ce qu’on en achète une en argent à Bangkok. 5 ans plus tard j’ai toujours cette même bague à 20$ de Bangkok même si entre temps elle a perdu son petit caillou haha

 

  1. Quand avez-vous eu l’idée de partir en tour du monde ? 

L’idée nous est venu alors que nous habitions et travaillions à Vienne en Autriche. Nous étions partis nous installer là-bas après les études pour une première expérience professionnelle (Benoit avait trouvé une place de doctorant là-bas).

Nous avons toujours aimé voyager mais bizarrement l’idée d’un tour du monde ne nous avait jamais effleurée (trop cher, trop long, trop « dangereux »).

Mais un jour je suis tombée sur une vidéo («Le tour du monde en 5 minutes » de Alex Vizeo). Cette vidéo m’a totalement transportée et je crois bien qu’on l’a regardé des dizaines de fois en quelques jours seulement. Puis un soir, autour d’un apéro on s’est regardé avec Benoit et on était là : « Y a pas moyen, faut qu’on fasse un truc comme ça ! »

Une semaine plus tard nous avions une grande carte du monde accrochée au mur de notre salon et tous les soirs on commençait à ajouter des posts-it sur les destinations qu’on voulait voir !


© Novo-Monde

  1. Aviez-vous prévu une date de retour à l’avance ou vous avez vu au jour le jour pendant votre voyage et vos dépenses sur place ?

A la base nous avions une date de retour (on avait même un billet d’avion). Notre voyage devait durer 12 mois… Mais une fois en route on a très rapidement changé nos plans et surtout on s’est rendu compte qu’on voulait encore en voir plus ! Au niveau du budget nous avions vu large et avions donc encore des réserves pour poursuivre l’aventure 7 mois de plus.

En fait au final nous n’avons pas vu plus de choses « que prévu » sur les 12 mois, mais nous avons simplement voyagé moins vite qu’anticipé. Dans la phase des préparatifs on a parfois un peu tendance à sous-estimer la fatigue et à oublier que même « en voyage » il peut s’avérer bon de prendre des jours de repos.


© Novo-Monde

  1. Que diriez-vous à des personnes qui sont tentées par un tour du monde mais qui n’ont pas encore osé se lancer ?

Spontanément ? FONCEEEEEZZZZZ !

Non plus sérieusement, partir en tour du monde c’est une décision qui peut mettre un moment à prendre, mais je vous garanti qu’on n’a jamais rencontré personne qui a regretté son choix. Le truc c’est que souvent on a tendance à vouloir attendre « le moment idéal » pour partir, mais bien souvent il n’y jamais de moment parfait. Prendre la décision de partir est souvent l’étape qui prend le plus de temps… Une fois que le projet devient concret tout avance finalement assez naturellement.

Le livre, Destination Tour du Monde

  1. Après la création de Novo-monde en 2012. En 2018 vous avez publié un livre: Destination Tour du Monde. D’où est partie l’idée de ce livre ? Est-ce que ça c’est fait tout naturellement ? 

Ce projet de livre c’était un peu une combinaison de plein de choses, mais surtout une jolie rencontre.

J’ai toujours aimé écrire (sur le blog mais aussi quand nous avions sorti notre premier ebook gratuit en 2013) et je savais qu’un jour je souhaitais écrire un livre… Après j’avoue que pour moi le monde de l’édition c’était quelque chose de totalement inconnu et je n’avais aucune idée par quel bout commencer.

Le projet « Destination Tour du Monde » est arrivé un peu par hasard . Lorsque nous sommes rentrés en Suisse, l’un de nos premiers achats a été le livre « Rando Bière en Suisse ». :) Après le tour du monde on voulait découvrir la Suisse et on s’est dit que c’était une manière originale de le faire. On a commencé à faire des randos et à en parler sur notre blog jusqu’au jour où nous avons été contacté par Hadi, le fondateur de la maison d’édition Helvetiq.

Il nous a proposé de nous joindre à lui pour une rando avec l’auteure du livre. Un peu groupie on n’a pas hésité et sommes allés à Bâle pour marcher et partager une bière avec Monica Saxer (l’auteure du livre) et Hadi. Cette rencontre a été un gros coup de coeur amical… Hadi est une personne avec qui on a tout de suite croché ! Un voyageur, entrepreneur et surtout un passionné ! De fil en aiguille on s’est revu, et un jour il nous a proposé ce projet. Inutile de préciser qu’on était partant dès la première seconde !

  1. Quel est votre but, le message que vous souhaitez faire passer à travers lui ?

Avec ce livre on aimerait vraiment dédramatiser un peu le voyage au long cours.  Avant notre départ je me posais mille questions et j’avais de nombreuses inquiétudes sur l’impact qu’un voyage au long cours pourrait avoir sur ma situation, mon couple, ma carrière, mes amis, ma famille et j’en passe.

J’avoue, j’étais aussi relativement inquiète sur les aspects pratiques et sécurité d’un tel voyage. Allons-nous avoir assez de budget ? Où allons-nous dormir ? Réussirons-nous à prendre des bus dans les pays où on ne parle pas la langue ?

 

  1. Comment avez-vous organisé l’écriture de votre livre ? Vous vous étiez donné un certain nombre de pages à écrire par jour ?

On a écrit ce livre pendant que nous habitions à Chiang Mai en Thailande (on y a passé 5 mois début 2017). Personnellement j’ai énormément de mal à écrire « quand je me le suis fixée ». Des fois on s’assied 2h et pas un seul mot ne vient… Et parfois on écrit 10 pages en une après-midi ! Du coup j’essayais plutôt de profiter des journées créatives pour en tirer le maximum. Le livre se présente en format de double-pages avec des thématiques bien distinctes, du coup cela m’a beaucoup aidée à être plus productive. Un sujet me parlait moins sur le moment ? J’avançais un autre ou en attaquait un nouveau ;)

 

  1. Qu’avez-vous éprouvé après avoir mis le point final au livre ?

C’était bien évidemment un moment de grande satisfaction ! Même si le travail derrière un livre ne s’arrête que rarement au moment de mettre le point final… Il y a ensuite toutes les étapes de relecture, corrections et surtout, pour ce projet, les illustrations. On a eu énormément de chance de travailler avec la super équipe d’Helvetiq sur ce projet et surtout avec Florian Bellon (l’illustrateur du livre).

Pour moi la plus grande émotion ça a sans conteste été le jour où on a tenu la version imprimée dans nos mains pour la première fois !

Et la suite ?
  1. Ca vous a donné envie de continuer dans la publication d’ouvrages papier ?

Il se pourrait bien que quelque chose se prépare pour le printemps prochain à ce niveau là… ;) Je ne peux pas en dire plus pour le moment, mais « Destination Tour du Monde » nous a clairement donné envie de poursuivre encore un peu dans cette voie là, même si cette fois-ci la thématique sera bien différente !

Les Romands Voyageurs

Un grand merci à Fabienne et Benoît de s’être prêté au jeu de l’interview. Je ne peux que vous conseiller leur blog et leur lire Destination Tour du monde que vous pouvez acheter ici.