Genève, escapade de deux jours

Genève, c’est un peu la ville oubliée du bout du lac. On y passe, on va y travailler, ou pour des évènements spéciaux, mais on pense rarement à la découvrir. Genevois d’origine, expatriée dans la canton de Vaud, j’avoue que je ne connais pas vraiment la ville. C’est donc avec plaisir que j’ai été la redécouvrir lors de mon tour de Suisse cet été.

Balade en taxi-bike

C’est par une activité surprenante que nous commençons notre séjour en terre genevoise. Aubin, fondateur de la première société de taxi-bike en Suisse vient nous chercher au pied de notre hôtel. Ce moyen de transport alternatif, qui ne s’adresse pas qu’aux touristes visitant la ville, rencontre un grand succès et Aubin se fait souvent arrêter pour avoir des informations.

C’est bien installées à l’arrière du taxi-bike que notre découverte commence. La praticité du taxi-bike : Aubin peut emprunter les pistes cyclables et ainsi éviter la circulation.

La Jonction

Notre virée en taxi-bike nous emmène le long du Rhône où commencent déjà à se presser les badauds qui ont envie de profiter de cette magnifique journée ensoleillée et de la douceur de la rivière.

Bon plan : Par de chaudes journées d’été, rien de mieux que de venir se rafraichir dans le Rhône avec sa bouée, son bateau pneumatique et de faire la descente de la rivière.

Aubin arrête son véhicule à la Jonction. L’endroit porte bien son nom. En effet, c’est ici que se rejoignent le Rhône et l’Arve. Le fleuve et la rivière aux couleurs bien différentes, l’une turquoise, l’autre plutôt boueuse, se mélangent pour ne faire plus qu’un.

Carouge et son esprit de village

Nous reprenons place à bord du taxi-bike d’Aubin et quittons peu à peu la ville. Les bâtiments et les rues rétrécissent, nous arrivons en ville de Carouge. Ici, les artisans locaux ont la part belle. Chocolatiers, artisans divers et petits créateurs sont présents à chaque coin de rue. Les nombreux petits restaurants et commerces donnent à Carouge une ambiance à la Greenwich Village. J’adore ! Nous nous arrêtons à la Place du Marché et flânons quelque temps dans les ruelles qui nous entoure.

J’ai eu un gros coup de cœur pour la rue Saint-Joseph est ses dizaines de lanternes qui se balançait élégamment dans le vent.

Plus d’infos : Taxibike

Croisière sur le Lac Léman

Il est 18h, le vent qui soufflait allègrement ce matin s’est calmé. Le Jet d’Eau propulse à nouveau l’eau du Léman à plus de 140 mètres de haut. Nous avons rendez-vous au Port Wilson pour terminer la journée en beauté.

Nous embarquons avec Alexandre de Geneva Boats sur un petit voilier. Après avoir hissé les voiles, nous voguons calmement sur les eaux paisibles du Léman. La lumière dorée du soleil qui commence à se coucher se reflète telle des milliers de paillettes sur le lac. Nous sommes mardi, jour de la régate d’entraînement. Alexandre nous parle avec passion des différents types d’embarcations. Nous les regardons, fascinées, prendre place sur la ligne de départ et s’élancer.

La température de l’air et de l’eau étant parfaitement estivales, nous ne pouvons pas nous empêcher de piquer une tête pour nous rafraîchir, avec en fond la rade de Genève et son célèbre jet.

Plus d’infos : Geneva Boats

Genève et son histoire

Cette deuxième matinée est placée sous le signe de l’histoire. Nous retrouvons Émilie, notre guide et véritable passionnée de Genève pour une visite guidée de la ville. Nous commençons notre balade sur la rive gauche, à la hauteur de l’Île Rousseau. Émilie commence par nous expliquer qu’il y a bien longtemps, deux « villes » se faisaient face (et un peu la guerre) de chaque côté du Rhône. En face de nous, le quartier de Saint-Gervais, berceau genevois de l’horlogerie, qui était une entité indépendante de la cité de Genève jusqu’au 13ème siècle.

Les Rues-Basses

Nous prenons ensuite la direction de la Vieille-Ville de Genève. Nous nous arrêtons en chemin près de la tour du Molard qui faisaient à l’époque entièrement partie des fortifications de la ville. En effet, historiquement, la place du Molard était le principal port et le centre économique de Genève au XVIe siècle.

Arrivez-vous à apercevoir la clé qui pend au sommet de la tour ? La légende raconte que la clé de la ville a été envoyée cachée dans une dinde au Duc de Savoie par une taupe, avant la célèbre Escalade. Mais le subterfuge sera déjoué et la clé accrochée en haut de la tour en souvenir de cette histoire. Alors, légende ou fait réel ? Qu’en pensez-vous ?

Nous continuons dans les rues basses. Avez-vous déjà remarqué les dalles plus foncées sur le trottoir de la rue de Rive ? Ces dernières représentent l’emplacement des anciens bâtiments historiques, détruit depuis.

Au croisement de la Rue de la Croix-d ‘Or et de la Place de Longemalle, un bâtiment plutôt banal, fait l’angle. Même si sa façade ne sort pas du lot, elle abrite une riche histoire. Notre guide nous raconte que c’est ici qu’a été inventée la première eau gazeuse artificielle par un certain Jacob Schweppe dont vous connaissez certainement la célèbre boisson. A l’époque, la boisson avait de vertus médicales.

La Vieille-Ville

Nous quittons les Rues-Basses (le bas de la ville) pour prendre de la hauteur et nous rendre en plein cœur de la Vieille-Ville. Émilie nous parle de Calvin, figure de la ville dont l’histoire est étroitement liée à celle de la Cité. Ce n’est pas pour rien que l’on surnomme Genève La Cité de Calvin.

Les différents bâtiments qui nous entourent racontent sur leur façade l’histoire de la ville. On peut par exemple facilement repérer que des maisons ont été rehaussées.

La Cathédrale St-Pierre est la visite à ne pas manquer. Étrangement cachée derrière une arcade qui fait référence aux temples grecs, la Cathédrale St-Pierre se dévoile. Catholique pendant plus de mille années, elle devient protestante en 1535 et voit son intérieur changer radicalement. Les décorations qui sont jugées superflues sont détruites. Les seuls survivants de ce grand changement sont les vitraux, mais uniquement pour des raisons financières. Il a été jugé trop couteux de les enlever et de les faire remplacer.


Bon plan :Pour admirer la plus belle vue sur la Ville de Genève, se rendre au sommet de la Cathédrale St-Pierre et profitez d’un panorama à 360°. Entrée 7 CHF / Plus d’infos : Cathédrale St-Pierre de Genève

Anecdotes et curiosités

L’histoire de Genève est riche. Notre balade dans la vieille-ville est ponctuée de différentes anecdotes qu’Émilie prend grand plaisir à partager avec nous. Par exemple, c’est au numéro 4 de la rue du Puits-St-Pierre que se trouve la maison de Henry Dunant, l’un des fondateurs de la Croix-Rouge. C’est d’ailleurs dans cette dernière qu’a été créé en 1863 le Comité International de la Croix-Rouge.

Quelques mètres plus loin, le nom du Passage des Degrés de Poule nous interpelle. Émilie nous raconte l’histoire qui se cache derrière ce nom. Son nom dérive probablement d’une similitude entre les marches raides de l’escalier et celles que l’on installe dans un poulailler. Une autre histoire raconte que les poules se pressaient dans cet escalier quand il était encore situé au milieu d’anciennes granges et que de nombreux grains tombaient des sacs qui étaient transportés.

Les arcades de l’Ancien Arsenal abritent trois anciens canons qui servaient à la défense de la ville. Les canons font face à de fresques en mosaïques signées Alexandre Cingria, qui représentent trois périodes historiques clés de l’histoire de Genève.

Notre visite se termine à la Treille, où un banc d’une longueur impressionnante permet de profiter de la vue sur le Parc des Bastions situé en contre-bas. Ses 120 mètres de long en font les plus long du monde.

 

À la découverte des vignobles

Après un délicieux repas en terrasse, Aubin vient nous chercher en eTukTuk pour nous emmener en dehors de la ville. Ce eTukTuk est quelque peu original car il est équipé d’une table et permet de déguster des plats de nombreux restaurants tout en se baladant.

Nous quittons donc la ville pour nous retrouver en plein cœur de la paisible campagne genevoise. Les buildings et les grandes routes ont laissés leur place aux vignes et aux anciennes fermes retapées. C’est Au Domaine Les Perrières à Satigny que notre eTukTuk nous arrête. Nous dégustons les différents vins de la maison. Des blancs minéraux et fruités, au rouges intenses, tous les goûts seront satisfaits par ces nectars genevois. Nous terminons sur la note sucrée d’un délicieux Muscat avant de remonter à bord du véhicule d’Aubin et de terminer ce séjour à Genève.

Plus d’infos : Domaine Les Perrières

Où séjourner ?
 

C’est à l’hôtel Métropole que nous déposons nos valises pour notre séjour genevois. Un 5 étoiles sans chichi et plutôt urbain, à deux pas du Jardin Anglais et de l’Horloge Fleurie. La Junior Suite dans laquelle nous séjournons est très spacieuse et confortable.

Mon carnet d'adresses


Le Lacustre, Brasserie MAX, Chez Fouad

Le Lacustre, idéal pour déguster des plats au goût de la mer et du lac, au plus près de l’eau.
Chez Fouad, les délices du Liban autour d’une table.
Brasserie MAX, des plats créatifs et délicieux.

Ce reportage a été réalisé en collaboration avec l’Office du Tourisme de Genève. Je remercie toutes les personnes qui ont participé à ce voyage, pour votre professionnalisme et amour pour votre région. Les opinions exprimées dans cet article sont les miennes.