Cuba: Tout ce qu’il faut savoir avant de décoller

Cuba est une des dernières destinations à la mode depuis quelques années. Surtout après la récente ouverture avec les Etats-Unis. Voyager à Cuba représentait pour moi un challenge. Avec très peu voir pas du tout de Wifi, ce voyage m’a demandé beaucoup de recherches en amont, afin d’être sûre d’avoir toutes les informations nécessaires une fois sur place. Pendant la préparation de mon voyage j’ai entendu beaucoup de choses. À travers cet article je vais tenter de répondre à toutes les questions qu’une personne préparant son voyage à Cuba pourrait avoir. Si vous avez une question à laquelle je n’ai pas répondu n’hésitez pas à laisser un commentaire en bas de l’article.

Voici tout ce qu’il faut savoir avant de voyager à Cuba:

Se rendre à Cuba

Le meilleur moyen de se rendre à Cuba est bien évidement l’avion. Différentes compagnies desservent à présent le pays, par exemple Swiss, KLM, Air France, Austrian ou encore Air Berlin avec qui j’ai voyagé. Le prix des billets varie beaucoup. Si vous pouvez être flexible vous pourrez avoir de très bons deals. Ce que je fais en général, c’est que je passe par un comparateur de voyage, comme EasyVoyage. Je peux ainsi facilement voir toutes les options qui s’offrent à moi et choisir celle qui me convient le mieux par rapport au prix, mais aussi aux escales.

Entrer à Cuba
Carte touristique

Pour entrer à Cuba il n’y a pas besoin de visa, mais d’une carte touristique. Cette carte touristique est délivrée par l’ambassade cubaine de votre pays, mais peut aussi s’acheter en ligne par l’intermédiaire de Novela Cuba (c’est par eux que je suis passée). La carte touristique est un papier volant, non attaché au passeport. Il faut donc bien veiller à ne pas la perdre avant ou pendant votre séjour car elle vous sera autant utile pour entrer dans le pays que pour en sortir.

Prix de la carte touristique (avec Novela Cuba) : 34€ (27€ la carte touristique et 7€ de frais d’envoi)

Validité : 30 jours, prolongeable sur place 60 jours supplémentaires.

En passant par l’ambassade en Suisse la carte revient à 42 CHF.
Attestation d’assurance

Le deuxième papier nécessaire pour se rendre à Cuba est une attestation de votre assurance spécifiant que les soins prodigués à Cuba sont pris en charge et que vous serez rapatrié. Ce papier n’est pas demandé systématiquement, mais si vous ne l’avez pas alors qu’on vous le demande vous devrez souscrire à une assurance d’environ 30.- par jour. Pour ma part, un petit coup de téléphone à mon assurance maladie et quelques jours plus tard j’avais une attestation en espagnol dans ma boîte aux lettres.

Passeport valide

Attention, votre passeport doit être valable au moins 6 mois au-delà de la date du retour.

*Pensez à vérifier le site officiel de votre pays car ces informations peuvent changer en tout temps. Pour la Suisse c’est ici que ça se passe.

L'argent à Cuba

Cuba n’est pas un pays comme les autres. Ici on retrouve deux monnaies: le peso cubain (CUP) et le peso cubain convertible (CUC). Il est important de savoir que les deux monnaies ne sont ni importables ni exportables (je n’ai cependant pas eu de soucis à repartir avec 50 CUC). Un bureau de change se trouve à l’aéroport de La Havane. Prévoir de l’argent notamment pour le trajet entre l’aéroport et La Havane.

Il faut savoir que le cours de change est le même dans les bureaux de change de l’aéroport, de la Havane ou des autres villes du pays. Il est conseillé de prendre avec soi des euros ou des francs suisses. Evitez à tout prix les dollars américains sur lesquels une taxe de 10% est ajoutée. Petit conseil, privilégiez de changer votre argent dans des petits villages quand vous passez en voiture (c’est ce que j’ai fait en allant de Cayo Levisa à Viñales) car dans les grandes villes il y a toujours beaucoup de queue.

Il est aussi possible de retirer de l’argent directement d’un bancomat à l’aide d’une carte de crédit. Pour ma part je suis partie avec ma Visa et je n’ai eu aucun souci. J’ai cependant entendu dire que certaines cartes liées à des banques américaines ne passent pas. Il vaut mieux prévoir pas mal d’argent cash et s’assurer auprès de sa banque que la carte que vous possédez fonctionnera à Cuba.

Internet à Cuba

Cuba c’est l’opportunité pour se déconnecter et profiter du moment. Le WiFi n’y est pas légion. Il y en a vraiment très peu voir pas du tout. On le retrouve seulement dans des parcs, sur des places ou dans certains hôtels. J’ai d’ailleurs trouvé cela très intéressant. Surfer sur internet chez nous est plutôt une activité solitaire. A Cuba les gens se retrouve sur une place et skypent en famille.

Comment se connecter au WiFi à Cuba:

1.  Il faut se procurer une carte ETECSA qui permet de se connecter pendant 1h. Le prix de la carte varie de 1.50 CUC à 3 CUC dépendant de si vous l’achetez dans un point de vente ou à une personne qui la revend dans la rue (dans ce cas, vérifiez que la carte n’a pas été grattée).

2. La carte en main, il suffit ensuite de se rendre à un point WiFi

3. Il faut gratter les numéros d’identification et celui du mot de passe.

4. Sélectionner le wifi. Normalement une page s’ouvre et vous pourrez insérer vos informations d’identifications.

5. Se déconnecter depuis la page internet http://1.1.1.1 pour ne pas perdre les données non utilisées.

La plupart du temps il est très difficile voire impossible de se connecter. J’ai remarqué que tôt le matin en général la connection passe comme une lettre à la poste. Par contre dès qu’il y a un peu de monde c’est presque impossible.

Je vous conseille vraiment de télécharger toutes les informations qui pourront vous être nécessaires avant votre voyage pour avoir tout sous la main au cas où.

  • Mon meilleur ami pendant ce voyage: Le guide Lonely Planet sur Cuba. La version Kindle (il faut télécharger l’application pour smartphone) est bien pratique pour ne pas trop s’encombrer.
  • L’application Maps.me  qui permet de télécharger une carte complète et précise de Cuba consultable hors ligne et avec GPS en prime.
  • J’adore les cartes et je ne pars jamais sans mon Cartoville. Il n’y a rien de mieux pour arpenter les rues de la Havane que le Cartoville Havane, des plans par quartiers, super pratique à déplier, plier, déplier, plier, sans s’emmêler les pinceaux.
  • iTranslate sur iOS et son mode de traduction hors ligne. Bien pratique quand un mot vous échappe.

Communication / langue

La langue officielle est l’espagnol. L’anglais est parlé dans les hôtels mais c’est à peu près tout. Avant de partir j’ai suivi quelques leçons sur Duolingo pour pouvoir communiquer un minimum sur les choses de tous les jours. Je me suis aussi procurée un guide de conversation pour m’entrainer sur des sujets précis, avant d’aller au restaurant par exemple ou quand je voulais réserver un taxi.

Il faut donc être préparé à avoir quelques difficultés à communiquer. Les cubains sont très ouverts et très amicaux. Ils n’auront pas de problème à répéter plus lentement ou avec d’autres mots et des gestes pour que vous compreniez.

Transports

Il existe différents moyens pour se déplacer en road trip à Cuba.

  • Le bus (compagnie d’Etat Viazul). Attention les bus se remplissent très vite. Il est possible de les réserver en ligne sur le site de Viazul.
  • Le taxi privé ou collectif (le prix d’un taxi collectif est +/- égal au prix du trajet en bus)
  • La voiture de location avec chauffeur
  • La voiture de location sans chauffeur

Le meilleur moyen de transport pour être vraiment autonome est la voiture de location. Avant de se lancer dans cette aventure il faut savoir que les routes ne sont pas en très bon état, les panneaux de direction peu nombreux, les routes non éclairées et les voitures ne sont pas équipée de GPS. Pour contrer ce dernier élément, je vous recommande de télécharger l’application Maps.me et sa carte de Cuba. Ainsi vous pourrez vous repérer partout sur l’ile et même l’utiliser comme GPS.

Pour ma part, j’ai opté pour le transport en taxi pour des questions pratiques et de gains de temps. Je ne me sentais aussi pas très rassurée de conduire à Cuba. Je suis preneuse de vos expériences si vous avez tenté la voiture lors de votre séjour.

J’avais un peu peur que l’organisation des transports soit un peu compliquée, mais pas du tout. Chaque jour nous demandions à notre casa un taxi pour la destination du lendemain et le taxi a toujours été là en temps et en heure, sans aucun soucis. Je dois dire qu’il n’est cependant pas facile de négocier les tarifs. Les taxis s’entendent beaucoup entre eux et on peut rarement vraiment descendre le prix.

Logements
Les casas particulares

La meilleure façon de s’immerger dans la culture et le mode de vie des cubains, c’est de séjourner en Casa Particular (c’est-à-dire chez l’habitant). La Casa Particular c’est le type de logement en plein développement à Cuba. Le rapport qualité / prix  est très abordable par rapport aux chambres d’hôtels.

Pour trouver mes casas j’ai regardé sur différents sites comme PartiCubaCasa Particular Organization ou encore Cubacasas. Si vous ne pouvez par réserver en ligne, un appel est toujours plus sûr qu’un e-mail qui reste souvent sans réponse.

J’ai fait le choix de réserver toutes mes casas avant de partir. J’avais très envie de séjourner dans certaines casas en particulier. Dans certains endroits, comme par exemple Punta Gorda à Cienfuegos, il m’a été difficile de trouver une casa un mois à l’avance. Ce qu’il faut savoir c’est que même si la casa est réservée, vous pouvez toujours changer vos plans si vous avez d’autres envies une fois sur place (car vous ne payez rien à l’avance). Il faut toujours penser à confirmer votre réservation quelques jours à l’avance.

Si vous préférez vous laisser porter au jour le jour sans réserver de casa à l’avance, il n’y a aucun soucis. Il y a beaucoup de casa dans chaque ville et si celle où vous vous présentez n’a pas de chambre disponible, le propriétaire vous redirigera vers une autre casa qui aura de la disponibilité et qui sera très contente de vous accueillir. Il faut cependant vérifier que la casa particular est agréée (marquée par une icône bleue).

Les hôtels

Les hôtels à Cuba ne sont pas donnés. Le rapport qualité/prix n’est pas vraiment au rendez-vous. Par exemple à la Havane il faut facilement compter 200 CHF minimum pour une nuit. En ce qui concerne les hôtels en bord de mer, sur les Cayos, ils proposent un hébergement all inclusive. Durant mon voyage à Cuba, j’ai séjourné dans différents hôtels dont Cayo Levisa, L’hôtel Moka ou encore Iberostar Playa Pillar. Pour ces trois hébergements, je suis passée par les services de Cuba Travel Network pour réserver.

Sécurité et santé

Cuba est un pays où l’on ne se sent pas en insécurité. Comme dans tous les pays il faut se mettre en garde contre les vols à la tir et éviter de manière générale les signes extérieures de richesse. Je n’ai pas eu de problème à me promener seule dans les rues de la Havane par exemple. Le seul « soucis » sont les sifflements constants envers les femmes de la part des cubains. Mais on arrive vite à faire abstraction. Siffler une femme est un peu comme un sport national à Cuba, cela fait vraiment partie de la culture.

Toutes les villes ont leurs quartiers à éviter de nuit. Pensez à demander conseil au propriétaire de votre casa.

Côté santé, aucun vaccin n’est nécessaire pour Cuba. Il est cependant conseillé d’être vacciné contre la fièvre typhoïde, l’hépatite A et B et  d’être à jour avec les vaccins recommandés en Europe qui sont le tétanos, la polio et la diphtérie.

L’eau contaminée est un problème à Cuba. Il faut absolument boire de l’eau en bouteille.

Cuba avec un enfant

Cuba est un pays accessible à tous, même au famille. Il faut juste prévoir de tout amener pour les enfants en bas âge (couches, petits pots, lait en poudre, siège auto…) car sur place il y a très peu, voire aucun magasin où acheter tout cela.

Dans tous les restaurants ou casa on vous servira du riz et des légumes, ce qui est tout à fait adapter à un enfant.

Que prendre dans sa valise

Les magasins à Cuba ne sont pas du tout comme chez nous. Il est très difficile de trouver certains produits. À part des vêtements, il y a donc quelques essentiels à ne pas oublier de mettre dans sa valise quand on part à Cuba.

  • Il faut penser à prendre une trousse de pharmacie complète. Les médicaments ainsi que les produits d’hygiène intime féminine ne sont pas faciles d’accès à Cuba.
  • Les moustiques cubains sont voraces, il est donc conseillé d’apporter un bon anti-moustique.
  • Des encas (noix, bar protéinées, biscuits…) pour les coups de mou durant une journée. J’ai eu de la peine à trouver un petit paquet de biscuits ou une barre chocolatée.
  • Des serviettes humides et du désinfectant pour les mains.

À savoir

Je retiens un point négatif de ce voyage à Cuba. Les cubains savent qu’ils peuvent tirer quelque chose des touristes. Ils en profitent beaucoup. Il faut tout le temps payer. Par exemple pour surveiller la voiture on son vélo. Il y aussi beaucoup de solicitations dans la rue de la part des taxis et des différents rabatteurs. Tout cela fait partie intégrante de l’expérience du voyage.

Une question un avis ou un autre conseil? N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous.

tous les liens utiles:

On se retrouve sur Pinterest?

Vous êtes sur Pinterest ? Epinglez cet article !

  • Ben

    Mais quel bel article qui donne envie de découvrir cette ville ! Un article au top qui fait rêver dès les premiers mots…