Croisière fluviale sur la Saône – Escapade insolite

Cette année, pour Pâques, j’ai testé une escapade plutôt insolite: une croisière sur la Saône.

Quand l’équipe des Canalous m’a contactée en début d’année pour me proposer de tester une de leurs croisières fluviales je dois avouer que j’étais plutôt sceptique. Pour moi, le mot croisière rime surtout avec ennui, confinement et retraite. J’ai décidé de ne pas rester sur mon avis préconçu, et de tester la croisière fluviale sur un week-end. C’est au départ de Pontailler-sur-Saône, à 40 km à l’est de Dijon que j’ai décidé de larguer les amarres.

Nous avons passé ce week-end à quatre, nous n’avions ni notion de navigation (non non le pédalo ne compte pas) ni permis bateau. Heureusement concernant ce dernier point, le permis bateau n’est pas nécessaire !

C’est vendredi en fin d’après-midi que notre équipage arrive à la base de Pontailler-sur-Saône. Nous avons été très bien accueillis par Alexandre. Nous remplissons les formalités et souscrivons à l’assurance qui n’est pas obligatoire, mais vu que c’est notre première navigation, nous ne prenons pas de risque. La paperasse terminée, Alexandre nous emmène à la découverte de notre bateau: un Tarpon 42 Trio Prestige qui répond au doux nom de Sarralbe. Wahou! Ça c’est du bateau. Sa taille nous impressionne et je me demande comment nous allons pouvoir réussir à manoeuvrer cet engin.

Alexandre nous fait faire le tour du bateau, puis c’est au tour des différentes consignes sur les nombreux boutons du tableau de bord. Nous écoutons tous les quatre attentivement comment tout cela fonctionne et ce qu’il faut vérifier durant la navigation.

Après la théorie, place à la pratique avec un petit essai de navigation. De retour au port, nous récupérons nos sacs de voyage, et nous installons pour le week-end. L’intérieur du bateau est spacieux et vraiment bien équipé. Il comprend un salon, appelé le « carré », qui comporte une grande table et même un écran TV, une cuisine toute équipée (grand frigo, four, trois plaques de cuissons à gaz, lave-vaisselle et tout le nécessaire pour cuisiner) ainsi que trois cabines, une à l’avant  avec un lit double et deux à l’arrière avec lits simples qui peuvent se rapprocher pour n’en faire qu’un grand. Chacune des cabines possède sa propre salle de bain avec w.c et douche.

Il est presque 18h30 est nous sommes prêts à larguer les amarres. Nous décidons de passer la première écluse qui se trouve à 20 minutes de navigation avant de trouver un point de chute pour la nuit. Les gaz sont enclenchés, nous enlevons les cordes qui tiennent le bateau amarré au pont et c’est parti! Nous sommes tous les quatre sur le pont, silencieux.

Cette fois-ci c’est le vrai départ, il n’y a plus que nous aux commandes et je dois dire que c’est impressionnant. C’est à ce moment que nous faisons vraiment connaissance avec Sarralbe et ses presque 13 mètres. A présent je comprends mieux l’analogie voiture bateau. En effet, cet engin est très pataud. Quand on tourne à droite ce n’est pas instantané, il faut attendre un moment pour que ça réagisse. On a viré quelques fois de gauche à droite le temps de nous habituer aux réactions de notre bateau.

On discute, on apprend à apprivoiser cet engin de 13 mètres. Le temps passe et nous ne voyons pas l’écluse arriver. On décide de sortir le classeur de route qui comprend toutes les cartes des rivières et nous nous repérons grace au repère kilométrique positionné sur la berge. Moment de silence gênant, puis gros fou rire. Nous sommes parti dans la mauvaise direction! L’aventure commence bien! Notre première écluse sera donc pour le lendemain. Nous décidons quand même de nous en rapprocher le plus possible avant la nuit.

Pour cette croisière fluviale, nous avions deux choix:

  1. Partir en direction de Auxonne où il y a pas mal de villes avec restaurants et bars et où nous pouvons passer la nuit dans les ports.
  2. A destination de Savoyeux, pour une experience plus nature et où nous amarre en sauvage où nous voulons.

Nous avons opté pour l’option 2 pour être totalement en mode aventure.

Peu avant l’écluse d’Heuilly sur Saône nous trouvons un petit espace dégagé, au pied d’un champ, parfait pour nous amarrer pour passer notre première nuit. Les hommes sortent les piquets qui servent à nous amarrer sans aucun soucis! Le bateau ne tangue même pas. Nos pilotes sont en formes!

Nous passons la soirée à discuter, écouter de la musique et jouer à des jeux de sociétés. Nous sommes seuls au mode sur notre bateau, un troupeau de vache dans le champ à côté sont là pour nous surveiller. On n’évite de penser qu’un serial killer peut se cacher dans les bois, nous observer et venir tous nous tuer pendant la nuit. Et oui, être seuls au milieu de nulle part, sans bruit autour de soi aide à développer notre imagination.

Notre première nuit n’a pas été la plus agréable, et ce malgré le fait que les cabines soient confortables. Il a fait très froid et humide. Je dois avouer qu’en préparant mon sac pour le weekend je n’ai pas pensé à prendre un pyjama long. Grosse erreur. Le bateau est bien équipé d’un chauffage, mais quand on s’amarre en sauvage, il tourne au gaz et il ne doit donc pas fonctionner la nuit.

Le réveil se fait de bonne heure, nous avalons notre petit-déjeuner et nous sommes parés pour notre premier challenge du week-end: notre première écluse!

Nous avons bien écouté les consignes d’Alexandre la veille, mais nous ne savons plus si nous avons tout bien compris. Nous arrivons à la perche que nous devons tourner pour signaler notre présence. Petit suspens, avons-nous fait juste? Youpi! Une lumière verte accompagnée d’une rouge s’allume pour nous signaler que nous sommes enregistrés. L’eau se vide, puis les portes s’ouvrent. Ça y est, c’est le moment fatidique. Pour rajouter un peu de pression, cette première écluse est étroite! Heureusement que nous avons pris l’assurance !

Finalement nous passerons cette première écluse sans encombre. C’est quand même assez magique comme moment. Voir l’eau monter ou descendre pour se mettre à niveau de la rivière.


Nous nous laissons voguer tranquillement au fil de l’eau, sans stress et profitons du paysage. Nous passons les villages de Heuilly sur Saône, Apremont puis Mantoche.

Peu avant Gray nous trouvons une place d’amarrage où nous décidons de nous arrêter pour commencer l’apéro. Quelques rayons de soleil sont en plus de la partie. Il faut en profiter car ce week-end est plutôt maussade. C’est d’ailleurs l’occasion de tester la plancha qui équipe la table extérieur de notre bateau. Quel luxe! Un bon moment de tranquillité entre amis, à refaire le monde autour de grillades et de verres de vin. Rien de mieux pour déconnecter du stress du travail et de la vie de tous les jours.


Pour digérer, nous décidons de faire une petite escapade à vélo jusqu’à la ville de Gray. Ce qui est génial c’est que la plus part des berges qui longent la rivière sont équipées de pistes cyclables. Nous profitons de faire quelques courses de ravitaillement et chargeons les paniers qui équipent nos vélos.

De retour à bord de notre maison flottante, nous reprenons notre navigation. Nous nous laissons à nouveau emporter par la tranquillité des lieux et naviguons tranquillement. Après un petit regard à notre carte et à l’heure, nous décidons de ne pas aller jusqu’à Savoyeux, de peur de ne pas avoir assez de temps pour effectuer le chemin retour.


Une nouvelle fois nous nous amarrons au milieu de nulle part, en pleine cambrousse avant Gray. Ce soir là nous avons eu de la peine à trouver un endroit pour amarrer. Il y avait peu de berges bien dégagées, mais nous avons quand même fini par trouver l’endroit où passer la nuit. Une nouvelle soirée à refaire le monde s’annonce.

Cette deuxième nuit sera d’ailleurs meilleure. Nous avons pensé à allumer le chauffage avant d’aller nous coucher pour réchauffer un peu les cabines, et avons laissé les portes de ces dernières ouvertes toutes la nuit pour moins d’humidité.

Notre dernière journée de navigation est déjà là. Le temps n’est pas vraiment avec nous. Il fait vraiment très frais. Nous décidons de naviguer en direction de notre port de départ.

Nous nous arrêtons en route pour dîner puis profitant d’une petite amélioration du temps nous sortons les vélos pour aller nous balader. Etant dimanche de Pâques, tout est fermé, nous ne croisons pas beaucoup de monde sur notre route. Nous décidons de retourner au bateau pour trouver un endroit où passer la nuit. Nous ne voulons pas passer la nuit dans le port, mais devons pas non plus en être trop loin vu que nous devons rendre le bateau le lendemain matin.


Ce week-end est passé à toute vitesse. J’ai vraiment aimé vivre au rythme de la nature portée sur cette croisière fluviale. Laisser le temps passer, sans y prêter attention. Ne pas avoir d’impératif si ce n’est profiter du moment présent. Cette experience est vraiment amusante. On se prend vite au jeu du pilotage du bateau et on en vient à se prendre un peu pour Jack Sparrow. La nature paisible qui nous entourait permet de se relaxer pleinement. Ce week-end fût aussi rempli de très bons moments entre amis. La navigation s’est faite facilement. La rivière étant large, il n’y a pas trop de soucis pour naviguer. Les moments plus compliqués sont les écluses et quand on veut s’amarrer, mais une fois qu’on l’a fait c’est super facile!

Le seul point négatif de ce séjour était le temps. Je n’avais clairement pas prévu les vêtements adéquats. Un pyjama long et une polaire n’auraient pas été de refus.

informations pratiques

Le côté technique

Accessible à tous

La location de bateau avec Les Canalous est accessible à tous, il n’y a pas besoin d’avoir de permis. Même si cela peut effrayer au début, le bateau est facile a manier, il n’avance pas très vite (en moyenne 7km/h) et la rivière est assez large pour croiser un autre bateau sans se faire de frayeur.

Le confort

En ce qui concerne le confort à l’intérieur, le bateau est fourni avec un plein d’eau de 1300 litres, ce qui permet de tenir facilement plusieurs jours. En rendant le bateau nous n’avions pas utilisé la moitié du plein. L’eau chaude est produite lorsque le moteur tourne. Si le réservoir d’eau chaude est vide, il suffit de faire retourner le moteur un moment.

Le bateau est équipé de deux chauffages différents dans le carré et les cabines. L’un électrique qui fonctionne lorsque l’on se branche à quai, l’autre au gaz.

Le moteur fonctionne au gasoil. Le bateau est aussi fourni avec un plein qui suffit pour une croisière de deux semaines. Il faut payer le carburant utilisé au moment où l’on rend le bateau (mettre prix)

Activités

Les Canalous proposent de louer des vélos, ce qui est bien sympa pour faire des petites balades lorsque l’on s’amarre.

Amarrage

Justement, en parlant d’amarrage. Il est possible de s’arrêter à peu près n’importe où, sauf contre-indication signalée par des panneaux. Il est préférable de s’arrêter du côté du chemin du halage pour pouvoir être dépanné si besoin ou pour aller se balader.

Les écluses

C’est la partie la plus stressante quand on navigue pour la première fois. Mais les écluses sont un jeu d’enfants quand on a passé la première. En cas de doute, le livre de bord illustre bien toutes les étapes. Petit conseil, pensez à regarder derrière vous si il n’y a pas un deuxième bateau avant de lancer la fermeture des portes. Le passage de certaines écluses peut prendre du temps et ce n’est pas très amusant de voir la porte se fermer juste devant son nez.

Horaires de navigation

La navigation se fait tant qu’il fait jour. Les écluses sont ouvertes de 9h à 19h.

Le côté tarif

Le tarif dépend du bateau choisi et du nombre de personnes que ce dernier peut accueillir. Il y a différentes catégories de bateaux. Des versions plus économiques au plus luxueuses comme le Tarpon 42 Trio Prestige sur lequel j’ai navigué et qui peut accueillir jusqu’à 6-8 personnes. Vous pouvez retrouvez le détail des tarifs pour une location de bateau sans permis sur le site des Canalous. À noter que le prix affiché ne comprend pas l’assurance (elle est facultative mais recommandable pour une première navigation), le carburant qui est à régler à la fin du séjour (il faut compter 9.15€/heure de navigation), ainsi que la caution de 960€.

Concernant mon séjour du vendredi fin de journée au lundi matin 9h, il faut compter 1416.00€ pour la location du Tarpon 42 Trio Prestige, 91.50€ pour le carburant (nous avons navigué 10h). Nous avons ajouté quatre vélos pour adultes à 18€ le vélo. L’assurance quant à elle nous est revenue à 97.75€.

On se retrouve sur Pinterest?

Ce voyage a été rendu possible grâce aux Canalous. Merci à eux de m’avoir permis de découvrir ce nouveau type de séjour. Les opinions et choix éditoriaux fait me sont propres.